Livraison Gratuite / Paiement 4x sans frais

Napoléon : L'Honneur du Drapeau

Napoléon : L'Honneur du Drapeau

Le mot étendard est issu du francique « standhard » signifiant « inébranlable ». Il est composé des éléments « stand », se tenir debout, et « hard », ferme.


La distribution des aigles (David, 1810)


Depuis la Rome antique, l'étendard, revêt une importance toute spéciale. Il s'appelle l'aquila, et prend la forme du célèbre aigle doré. Chaque légion, forte de 6000 hommes, en possède un. L'aquilifer est le soldat qui le porte, et c'est un immense honneur que d'occuper ce rôle, réservé à l'élite de l'élite.

En effet, ce drapeau constitue le point de ralliement suivi de tous, et faisait de son porteur une cible majeure pour l'ennemi : le tuer portait un coup décisif au moral de l'armée.

Logiquement, perdre l'aquila était l'un des pires déshonneurs.
Auguste, après la perte de trois aigles à la bataille de Teutobourg, mène de terribles représailles pour les retrouver. Il n'en récupérera finalement que deux.

Lors du célèbre épisode du pont d'Arcole, Napoléon s'empare d'un drapeau et mène la charge.
Bonaparte au pont d'Arcole (Gros, 1796)
Lors du célèbre épisode du pont d'Arcole, Napoléon s'empare d'un drapeau et mène la charge.


Napoléon, dans la droite lignée des Romains, comprend l'importance de l'étendard, et de l'honneur. Il réinstaure celui-ci, et lui rend toute sa grandeur.


L'aigle impérial.

Il fait prêter serment au porte-étendard de mourir pour défendre son aigle. Celui-ci, très inspiré de l'aigle romain, est volontairement lourd. Chaque corps possède le sien, avec un étendard sur lequel sont inscrits d’un côté les batailles auxquelles le corps aura participé, et de l’autre la mention « l’Empereur Napoléon à tel régiment ».

Comme chez les Romains, cet étendard est quasi-sacré :  Il est l’emblème de la patrie et symbolise les sacrifices et le dévouement. Les soldats savent que beaucoup d'hommes ont donné leur vies pour le préserver. Sa perte est insoutenable.

Pour éviter le déshonneur, l’ultime recours peut parfois conduire le porte-drapeau à brûler, à enterrer ou encore à découper l’emblème du régiment. À l’inverse, la prise d’un drapeau à l’adversaire revêt une grande valeur symbolique. Des hommes se sacrifieront ainsi jusqu'à la fin de la Première Guerre Mondiale, après laquelle les étendards ne seront plus utilisés.